ce blog est bloqué à l'entrée en Chine depuis le mois de mai 2007

mercredi 27 mai 2020

L'origine apostolique du diocèse de Vienne : une question débattue

En 50 avant J-C, Vienne, cela est bien connu, est une colonie latine de l’empire romain, Colonia Julia Vienna. Les premiers habitants de Lugdunum, c’est-à-dire de notre Lyon, sont des Allobroges chassés de Vienne vers 44 avant J-C. Vienne est une ville florissante, dotée au Ier siècle d’une muraille de 7,2 kms, la plus longue de toute les Gaules, et disposant d’entrepôts très importants, comme en témoignent les fouilles et les reproductions du Musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal. Le christianisme existait à Vienne un siècle avant l’arrivée du premier évêque de Lyon, saint Irénée, qui y meurt martyr en 177. Il n’y a pas lieu de s’en étonner. En 63, époque où il s’implante dans le Viennois, Rome avait avec Vienne des relations nettement plus importantes qu’avec les autres métropoles de la Narbonnaise. « Il est donc naturel de penser que les disciples du Christ, devant d’Italie, durent d’abord exercer leur zèle dans la ville la plus importante des Gaules » (MERMET AINÉ, Chronique religieuse de la ville de Vienne (Dauphiné), ouvrage posthume publié par Melles Mermet, Vienne, 1856, p. 11-12).

D’où notre question : l’Église de Vienne a-t-elle ou non une origine apostolique ? A-t-elle été fondée, comme certains le soutiennent, par saint Crescent, disciple de l’apôtre saint Paul, auquel aurait succédé saint Zacharie, lui-même apôtre de saint Pierre ? Ou bien sommes-nous en présence d’une affirmation sans fondement, voire même démentie par les textes en notre possession ?
De quels éléments disposons-nous pour identifier le Crescent mentionné dans la 2e épître de saint Paul à Timothée, chapitre 4, verset 10, comme envoyé in Galatiam, avec le premier évêque supposé de Vienne ? Tel est l’objet du débat instructif qui nourrit cette étude. Bien entendu, un envoi en Gaule n’entraîne pas automatiquement une présence à Vienne. Mais l’itinéraire que saint Paul aurait pu suivre pour se rendre en Hibérie peut-il renforcer cette hypothèse ? En tout cas, il serait bien étonnant qu’une ville ayant toute l’importance que nous venons d’évoquer rapidement ait pu ne pas faire l’objet de la préoccupation évangélisatrice des disciples du Christ.

Nous commencerons par en poser les termes du débat (I), avant d’examiner l’expression in Galatiam pour voir si elle peut être comprise comme signifiant in Galliam, c’est-à-dire en Gaule (II), et enfin, dans une troisième partie, d’en tirer des conclusions en faveur de la présomption d’une première évangélisation de Vienne dès la fin du Ier siècle de notre ère (III).

I – L’exposé du débat : quelle valeur attribuer au Martyrologe d’Adon ?

Le désaccord entre l’historien breton Mgr Louis Duchesne, membre de l’Académie française, et Mgr Charles-Félix Bellet, archiviste bibliothécaire du diocèse de Grenoble, constituera notre point de départ (A). Il nous permettra de chercher à en dégager une conclusion (B).

A) La controverse entre Mgr Duchesne et Mgr Bellet

Le catalogue des évêques de Vienne donné par Adon, archevêque de cette ville de 860 à 875, mentionne en tête de liste saint Crescent et saint Zacharie. Cependant certains auteurs, tel la grande figure de Mgr Louis Duchesne, estiment que leur mention est une interpolation tardive, destinée à donner un fondement à l’origine antique de l’Église de Vienne (Georges de Manteyer entend démontrer que la présence de Crescent et de Zacharie en tête de la liste des évêques de Vienne dans le martyrologe lyonnais d’Adon est un ajout (MANTEYER [Georges de], Le Martyrologe lyonnais d’Adon [850] avec ses additions de Besançon [850-886], Brescia [886-1010], Apt [1010-1064], Gap [1064-1110] et Toulon, [1121-1587], Gap, 1898-1940). Grospellier écrit dans le même sens, et y voit un ajout dans la liste épiscopale d’Adon en 870 (cf. GROSPELLIER, « Mélanges d’hagiographie dauphinoise. Les listes épiscopales de Vienne », loc. cit., p. 14-36). C’est également l’avis de DUCHESNE (Louis), Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule. Tome premier Provinces du Sud-Est, Paris, 1894, p. 151 ss.), tandis que d’autres tiennent cette liste pour véridique, comme Bellet.

Celui-ci réfute Duchesne en s’appuyant précisément sur la Chronique d’Adon, mise en cause par Duchesne. Mgr Duchesne ne retient par la Chronique d’Adon comme fiable, et rejette par là même les premiers noms du catalogue d’évêques qu’elle contient. Pour lui, l’Église de Vienne ne saurait exister dans les premiers siècles. C’est l’Église de Lyon qui est le phare de la chrétienté en Gaule.
Or, force est de constater l’existence d’un évêché à Metz, d’une Église ayant son propre évêque, contemporaine de celle de Lyon, au nord et à une distance considérable de cette dernière. Ce fait historique constitue « une grave présomption en faveur de l’existence d’autres Églises en Gaule » (BELLET (Charles-Félix), Les origines des Églises de France et les fastes épiscopaux, nouvelle éd. entièrement refondue suivie d’une étude sur le cursus et la critique, Paris, 1898, p. 11), que celle de Lyon.

Certes, l’historien entend travailler à partir de textes, de documents irréfutables, et c’est tout à son honneur. Mais il doit se garder d’affirmations tranchantes.
Je me rappelle avoir entendu un historien de Jeanne d’Arc, dont nous fêtons cette année le centenaire de la canonisation et de l’institution de la fête nationale, mettre en doute qu’elle ait été enfermée dans le château de Rouen dans une cage de fer, au prétexte que cette assertion repose sur un témoignage unique. Il s’agit en réalité de deux dépositions faites lors du procès de nullité de la condamnation de Jeanne d’Arc. Dans la première, Massieu, huissier au procès de condamnation, dit avoir recueilli cette confession du serrurier qui a construit la dite cage ; l’autre provient de Cusquel, citoyen de Rouen, déclarant que cette cage a été pesée chez lui (Cf. AMBROGI (Pascal-Raphaël)-LE TOURNEAU (Dominique), « Prisons de Jeanne », Dictionnaire encyclopédique de Jeanne d’Arc, Paris, Desclée de Brouwer, 2017, p. 1517-1518). Que veut-on d’autre ?

Les outrages du temps ne nous ont pas conservé tous les documents. Mentionnons quelques causes de disparition d’archives : la révolution française qui, entre autres, détruit les archives de la noblesse, les titres de propriété et les titres généalogiques ; la Commune de Paris qui brûle tous les papiers du Conseil d’État, de la Cour des Comptes, une grande partie de ceux de la préfecture de Police et du ministère des Finances, ainsi que les archives de l’Hôtel-de-Ville et du département de la Seine ; les deux guerres mondiales qui, rien que dans les Ardennes, ont fait disparaître les séries administratives et judiciaires de l’Ancien Régime, le fonds administratif de 1800 à 1930, et une partie de l’état civil.
Par suite, il est parfaitement concevable qu’une Église remonte aux temps apostoliques mais ne dispose que d’un catalogue défectueux d’évêques voir n’en possède pas ou plus (Cf.  BELLET (Charles-Félix), Les origines des Églises de France et les fastes épiscopauxop. cit., p. 284 ; cf. aussi p. 9).

D’ailleurs Mgr Duchesne ne « refuse pas […] d’admettre divers groupes de chrétiens disséminés dès le IIe siècle dans la Gaule celtique ; je ne vois pas pourquoi, précise-t-il, ces groupes n’auraient pas été désignés par les nom d’églises » (DUCHESNE (Louis), Bulletin critique, 17e année, 5 mars 1896, p. 127), et, ajoutons-nous, n’auraient pas été gouvernées par un épiscope.

Bellet fait remarquer qu’Adon « n’invente pas les faits, il ne crée pas cette identification ; il se borne à la constater, comme il a soin de le dire la première fois : Quo tempore creditur Paulus ad Hispanias pervenisse et Arelatæ Trophinum, Viennæ Crescentem, discipulos suos ad prædicandam reliquisse » (BELLET (Charles-Félix), Les origines des Églises de France et les fastes épiscopauxop. cit., p. 284 ; cf. aussi p. 2-10), comme on peut le lire dans la version donnée par Migne (vol. 123, col. 79). Duchesne a évidemment réfuté Bellet. L’argumentation de ce dernier paraît cependant solide. Cette controverse, qui ne peut être prétéritée, est intéressante pour notre propos.

Mais il convient de mentionner ici, avant tout autre commentaire, la présence, dans la sacristie de la cathédrale Saint-Maurice de Vienne, d’une relique insigne : la Sainte Nappe sur laquelle notre Seigneur aurait institué l’Eucharistie. Nous présentons ailleurs cette relique qui a fait l’objet d’une intense vénération jusqu’à la révolution française, vénération reprise par la suite et qui, si nous sommes bien informés, devrait retrouver un certain écho de nos jours.
Or, d’après une pieuse tradition, cette Sainte Nappe ou Sainte Toaille est censée avoir été remise par le Prince des apôtres, c’est-à-dire saint Pierre, à Zacharie, qui, nous l’avons dit, serait le successeur de saint Crescent à la tête de l’évêché de Vienne, où il meurt martyr en l’an 106.
Pour Mermet, dans sa Chronique religieuse de la ville de Vienne, « tous les auteurs qui ont écrit l’histoire ecclésiastique de notre cité, s’accordent à dire que saint Crescent, disciple de saint Paul, nous apporta l’évangile. Quelques-uns croient que l’apôtre des nations séjourna lui-même dans notre ville, qu’il y fit construire une crypte souterraine, où il prêcha la loi du Christ, et qu’en quittant Vienne il en nomma saint Crescent premier évêque. Lorsque saint Crescent alla fonder l’église de Mayence (St Crescent aurait évangélisé les rives du Rhône, de la Saône et du Rhin, avant de se rendre à Mayence et, de là, gagner la Galatie orientale. Cf. RAVENEZ (L. W.), Recherches sur les origines des Églises de Reims, de Soissons et de Chalons, Paris, 1857, p. 43), d’où plus tard il passa en Galatie, province romaine d’Asie [il s’agit cette fois-ci de la Galatie orientale], dans laquelle il reçut, en 68, la palme du martyre, saint Zacharie, galiléen, disciple de saint-Pierre, prit la conduite de l’église Viennoise » (MERMET AINÉ, Chronique religieuse de la ville de Vienne (Dauphiné)op. cit., p. 10).

Affirmer l’accord unanime des auteurs est sans doute un peu hasardeux. C’est prendre ses désirs pour des réalités. Cela présente pourtant le mérite d’obliger à se poser la question de l’authenticité des origines de cette Église.
Cherchons donc à voir sur quoi peut déboucher ladite controverse.

B) Que tirer d’utile de cette controverse ?

« Une bonne bibliothèque offre des secours à toutes les dispositions de l’âme », affirmait le prince de Talleyrand-Périgord (TALLEYRAND, Mémoires - I 1754-1807, introd., notes et établissement du texte par Paul-Louis Couchoud et Jean-Paul Couchoud, Paris, Plon, 1957, p. 21).
Il va nous en falloir une, et même plusieurs, bien fournies, pour essayer de démêler cet écheveau, si tant est qu’il ne s’agisse pas du supplice de Tantale… 

« Il faut convenir d’abord que les préjugés les plus légitimes favorisent ce sentiment », à savoir qu’« il paraît certain que la Religion Chrêtienne a été établie dans les Gaules dès le premier siècle par les Disciples des Apôtres », comme l’affirme le père jésuite Jacques de Longueval. Cet auteur en donne la raison : « Il est difficile de se persuader que S. Pierre & S. Paul étant à Rome uniquement occupés à la propagation de l’Evangile, ayent négligé de le faire annoncer à une Nation aussi illustre et aussi voisine de l’Italie que l’étaient les Gaulois. Le zèle de ces Saints Apôtres serait une raison suffisante de présumer qu’ils l’auront fait, mais on manque de preuves positives pour établir cette vérité » (LONGUEVAL [Jacques], s.j., Histoire de l’Église gallicane, Paris, 1730, t. I, « Dissertation préliminaire sur le temps de l’établissement de la Religion Chrêtienne dans les Gaules », p. 43).

Beaucoup ont identifié le premier évêque de la Chronique d’Adon avec saint Crescens dont il est question dans 2 Timothée 4, 10. Élie Griffe estime que « c’est sans fondement que l’on a voulu l’identifier avec le premier évêque de Vienne qui porta ce nom mais qui appartient à une époque bien ultérieure » (GRIFFE (Élie), La Gaule chrétienne à l’époque romaine. I. Des origines chrétiennes à la fin du IVe siècle, Paris-Toulouse, 1947, p. 5). Or, sauf erreur, aucun évêque ultérieur de la Chronique d’Adon, qui s’achève en 875, ne porte le nom de Crescens… (Cf. la table chronologique des archevêques de Vienne allant jusqu’au XVIIIe s. publiée par CHARVET (Claude), Supplément à l’histoire de l’Église de Vienne, Vienne, 1868, p. iii-vi. Et la liste d’Adon reproduite par DUCHESNE (Louis), Fastes épiscopaux de l’ancienne Gauleop. cit., p. 145).

Pour expliquer les analogies de l’ancienne liturgie gauloise avec les liturgies de l’Orient, l’abbé Guettée mentionne la venue d’Orient de certains de nos premiers apôtres, « comme saint Trophime, saint Luc, saint Crescent, saint Pothin, saint Irénée, saint Bénigne, etc. », qui « durent nécessairement apporter avec eux les usages liturgiques des constitutions apostoliques et des diverses Église d’Orient, d’Éphèse surtout » (GUETTÉE (abbé Wladimir), Histoire de l’Église de France composée sur les documents originaux et authentiques, Paris, Lecrivain et Toubon, t. II, 1857, p. 128).

Mais comment devons-nous interpréter la mention de la Galatie présente dans la deuxième lettre de l’Apôtre des nations à son disciple Timothée ? Tel est l’objet de notre deuxième partie.

II – Quel sens donner à l’expression in Galatiam de la deuxième épître à Timothée ?

Nous allons commencer par présenter les sources écrites disponibles (A) avant de mentionner les commentaires qui y ont été apportés (B)

A) Les sources écrites

Nous présenterons un certain nombre de sources écrite, l’une d’entre elles scripturaires, les autres profanes, émanant d’historiens tant de langue grecque que de langue latine. Il se pourrait que des recherches plus approfondies en fassent ressortir d’autres à la lumière. Quoi qu’il en soit, la moisson effectuée semble suffire à la tâche. Nous allons le voir, tout un faisceau convergent d’indices permet d’affirmer sans conteste possible que la Galatie dont parle saint Paul est la Galatie occidentale, c’est-à-dire la Gaule. Cette affirmation ne peut pas être purement et simplement rayée d’un trait de plume ou passée sous silence.
Or, cette assimilation de la Galatie à la Gaule est tout simplement omise par les historiens qui veulent dénier à Vienne son ancienneté dans la foi. C’est pour le moins surprenant de leur part. Nous ne sommes, quant à nous, mû dans notre recherche par aucun esprit partisan. Nous voudrions seulement, quant que cela peut être possible, arriver à comprendre comment et quand l’Église de Vienne a été fondée, sans a priori conceptuels, sans tomber dans des allégations tranchées et sans appel, qui ne servent pas la cause de la vérité.

Il nous semble d’ailleurs utile et bénéfique, pour l’établissement de cette vérité, de ne pas nous cantonner à la méthode purement historique, mais d’en élargir le cadre, sans doute trop étriqué. Agir avec circonspection et laisser au moins la porte ouverte à d’autres possibilités que celles fournies pas les seuls documents exploitables nous paraît s’imposer du point de vue de la recherche d’une vérité proprement scientifique.

Venons-en donc à l’expression in Galatiam. Selon certaines lectures du texte sacré, l’apôtre Paul l’envoie in Galiam, au lieu de la lecture devenue courante in Galatiam (Cf. RAVENEZ (L. W.), Recherches sur les origines des Églises de Reims, de Soissons et de Chalonsop. cit. On trouvera dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, une brève notice « Crescent » sous la plume de VAN DOREN (R.), allant dans le même sens, Paris, 1953, facs. 73, col. 1025. Au texte de 2 Tm 4, 10 TISCHENDORF (Constantin) indique comme variante « in Galiam » (Novum Testamentum triglottum græce latine germanice, Leipzig, 1854, p. 765). Le même auteur donne la version « Krêskes as Gallian » et renvoie à Eusèbe et à Épiphane dans Novum Testamentum græce ad antiquissimos testes denuo recensuit apparatum criticum omni studio perfectum apposuit commentationem isagogicam prætextuit Constantinus Tischendorf, Leipzig, vol. 2, 1872, p. 879-880).
 C’est ce qu’affirme le Martyrologe gallican (Le Martyrologe a bien mentionné à une époque le passage de saint Crescent par Vienne en renvoyant à 2 Timothée 4 (cf., par ex., Usuardi Martyrologium, quo Romana Ecclesia, ac permultæ aliæ vtuntur : iussu Caroli Magni conscriptum, Louvain, 1573, au 27 juin [V Kal. Julii], p. 106 ; dans l’édition publiée à Anvers, en 1715, nous lisons à la même date : « Apud Galatiam, beati Crescentis, discipuli sancti Pauli Apostoli, qui in Gallias transitum faciens, verbo prædicationis, multos ad fidem Christi convertit. Rediens vero ad gentem, cui specialiter episcopus fuerat datus, Galatas, usque ad beatum finem vitæ suæ in opere Domini confortavit », p. 364, texte suivi de vingt références à des sources ; le texte est reproduit par Migne, Paris, 1879, t. 123, p. 293). Entre convertit et Rediens, certains manuscrits ajoutent : Viennæ civitate Galliarum per aliquot annos sedit, ibique Zachariam discipulum pro se ordinavit. » D’autres manuscrits portent, entre apostoli et Rediens : « Hic Viennæ, Galliarum civitate, per aliquot annos residens, ibique Zachariam discipulum pro se episcopum ordinavit, longe lateque verbum Domini per Gallias spargens multos ad fidem Christi convertit » (DUBOIS [Dom Jacques]-RENAUD [Geneviève], Le Martyrologe d’Adon, ses deux familles, ses trois recensions. Texte et commentaire, Paris, 1984, p. 206). L’Hagiologe de Vienne porte : « Traditur autem primum Crescentem discipulum b. Pauli Gallias venisse et Viennæ aliquot temporis resedisse ac verbum vitæ ibi primum prædicasse : commemorat hoc beatus Stephanus papa pontifex in epistola quadam ad principem Francorum : cui successit Zacharias martyrio coronatus » (cité par CAVARD [Pierre], Vienne la sainte, Vienne, éd. revue et corrigée, 1977, p. 86). Le Breviarium sanctæ viennensis ecclesiæ publié par VILLARS (Henri de), à Paris, 1678, t. 2, p. 488, mentionne au 27 juin la « fête de Crescens apôtre »), en citant une bonne vingtaine de sources, qu’il serait trop long et abscons de détailler ici. Le Martyrologe romain contient la même information dans son édition de 1953 (« En Galatie, saint Crescent, disciple du bienheureux apôtre Paul. Passant dans les Gaules, il convertit par sa prédication un grand nombre d’infidèles à la foi du Christ ; retournant ensuite vers le peuple auquel il avait été spécialement donné pour évêque, il affermit les Galates dans l’œuvre du Seigneur jusqu’à la fin de sa vie, qu’il termina sous Trajan par le martyre » (Martyrologe romain publié par l’ordre de Grégoire XIII, revu par l’autorité d’Urbain VIII et de Clément X, augmenté et corrigé en 1749 par le pape Benoît XIV, trad. Française par Dom J. Baudot et Dom F. Gilbert, nelle éd. Révisé par SCHMITT (Dom Albert M.), Casterman-Paris-Tournai, 1963, p. 243). Cette notice est reprise dans le Dictionnaire hagiographique ou vie des saints et des bienheureux, de l’abbé PÉTIN, publié par l’abbé MIGNE, Petit-Montrouge, 1850, t. I, col. 664-665, qui précise que son apostolat dans les Gaules n’est pas certain. Le Dictionnaire hagiographique de Dom BAUDOT, O.S.B., 1925, p. 180, ne prend pas position, mais rappelle que le Martyrologe romain nomme Crescens le 27 juin sous la rubrique in Galatia et le 29 décembre. Le P. Longueval se limite à indiquer entre parenthèses : « Quelques-uns croient que c’est en Gaule, et que Crescent fut le premier évêque de Vienne » (LONGUEVAL [Jacques], Histoire de l’Église gallicane dédiée à nosseigneurs du clergé, tome premier contenant les trois premiers siècles, op. cit., p. 122). Quant à Godeau, il parle d’une « antiquité prétendue », et que, « selon l’opinion de ceux qui la croient véritable, [saint Pierre envoya pour les Gaules] à Vienne et à Mayence, Crescens », (GODEAU [Antoine], Histoire de l’Église, t. I, Paris, 1663, p. 189), puis il écrit qu’il « est constant par les Martyrologes, que Crescent a été évêque, et qu’il souffrit le Martyre dans la première Province [i.e. en Galatie orientale] et que c’est d’elle qu’il faut entendre le passage de saint Paul » (Ibid., p. 324). Affirmation dont nous voyons qu’elle est loin d’être unanimement reçue).

Cette lecture se trouve chez Eusèbe de Césarée (+ 339) dans un manuscrit de la Bibliothèque du Roy, traduit par Henri de Valois (1603-1673) (EUSÈBE DE CÉSARÉE, Hist. eccl., Lib. 3, chap. 4, 8 : « Paulus comitibus Crescens quidem ab eo missus in Gallias Pauli ipsius testimonio declaratur » (Historiæ ecclesiasticæ scriptores Eusebius Pamphilus, Socrates Scholasticus, Hermias Sozomenus, Theodoricus Epis. Cyri., Evagrius Scholasticus, Philostorgius et Theodorus Lector, græce et latine Henrico Valesio interprete, vol. I, « Eusebiæ Pamphili Ecclesiasticæ historiæ libri decem », livre 3, 4, 8, Augustæ Taurinorum, 1746, p. 82). Cf. MAUPERTUY (Jean-Baptiste DROUET de), Histoire de la sainte Église de Vienne, concernant la vie & les actions remarquables des cent dix Archevêques qui en ont tenu le Siège depuis l’an 62, de Jésus-Christ, qu’elle fut fondée par faint Crefcent, Difciple de S. Paul, jufqu’à la prefente année 1708, Lyon, 1708, avertissement).

De fait, a pu faire remarquer le P. Ceslas Spicq, bibliste et exégète, « jusqu’au IIe siècle de notre ère, les écrivains grecs (Polybe [+ 118 av. JC]), Diodore [de Sicile, + 30 av. JC] (« Ceux qui sont « établis au-dessus de la Celtique jusqu’aux parties méridionales de cette région, et qui habitent le long de l’Océan et la forêt Hercynienne, toutes les contrées qui s’étendent jusqu’à la Scythie, sont appelés Galates » (DIODORE DE SICILE, Bibliothèque historique, t. II, livre V, chap. XXXI, traduit du grec par F. Hoefer, Paris, 2e éd., 1865)), Strabon [+ 20] (Pour lui, tous les Celtes sont désignés par les Grecs du nom de Galates ou Gaulois (CASAUBONUS [Isaac], Strabonis rerum geographicarum, livre 4, c. 4, 1807, p. 131). Un certain nombre de ces références sont reprises par l’abbé GUETTÉE (Wladimir), Histoire de l’Église de France composée sur les documents originaux et authentiquesop. cit., p. 2-3), [Flavius] Josèphe [+ 100 après J-C], Plutarque [+ 127], Appien [+ 165], Pausanias [le Périégète, + v. 115], Dion Cassius [+ 235]) (Parlant de la Bretagne (l’actuel Royaume-Uni), il écrit que l’Océan sépare l’île de la Gaule : o okeanos o metazu tês te nesou kai tês Galatias (Histoire romaine 62, 1, texte publié par GROS (E.), Paris, t. 9, 1867, p. 62-65) désignent la Gaule proprement dite exclusivement par le terme de Galatia (Keltikê) et ses habitants Galatai, si bien que saint Paul, voulant parler de la Gaule n’aurait certainement pas écrit Gallia » (SPICQ (Ceslas), Saint Paul, les Épîtres Pastorales, Paris, 1947, p. 391). Argument qui, provenant d’un exégète, et non d’un historien, possède un poids spécifique digne d’égards.

Cet auteur écrit en 1967 que par Galatiam « il faut très vraisemblablement entendre la Gaule » (SPICQ (Ceslas), Saint Paul, les épîtres pastorales, 4e éd. refondue, Paris, 1969, t. II, p. 813). C’est la traduction qu’il retient en l’appuyant sur un abondant appareil critique (SPICQ (Ceslas), Ibid., p. 811-812. Selon l’abbé ROHRBACHER, « Crescent était parti pour la Galatie ou la Gaule, car c’est en grec le même nom » (Histoire universelle de l’Église catholique, Paris, 1857, t. 4, p. 425). Ce qui n’empêchera pas tel auteur d’écrire qu’il « est beaucoup plus vraisemblable » de situer l’apostolat de Crescent « en Asie Mineure que dans les Gaules, et il serait absurde de l’identifier à l’évêque de Vienne du même nom » (LATREILLE (A.)-DELARUELLE (E.)-PALANQUE (J.-R.), Histoire du catholicisme en France, t. 1. Des origines à la chrétienté médiévale, Paris, 2e éd., 1967, p. 22), premier évêque de la ville qui « peut remonter à l’an 200 environ » (LATREILLE (A.)-DELARUELLE (E.)-PALANQUE (J.-R.), Ibid., p. 25).

Pareillement, dans son édition d’Eusèbe de Césarée dans la collection des Sources chrétiennes, Gustave Bardy fait remarquer toutefois que « bien qu’un Crescent figure dans le catalogue des évêques de Vienne, l’idée d’identifier le disciple de saint Paul et l’évêque n’apparaît pas avant le IXe siècle » (EUSEBE DE CÉSARÉE, Histoire ecclésiastique, texte grec traduction et annotation par Gustave BARDY, Paris, Cerf, 1952, Livre III, chap. IV, 8, p. 100-101). Peut-être, mais nous aimerions bien trouver cet autre Crescent, archevêque de Vienne, dont on nous parle et qui est absent des listes épiscopales (Ce genre de commentaire fait penser à la réaction de saint Paul VI à propos du théologien allemand Hans Kung : « Il dit que je ne suis pas infaillible. Mais il le dit infailliblement ! » (rapporté par POUPARD [Paul cardinal], « Le pape Paul VI : souvenirs et témoignages », Conférence prononcée à la Villa Bonaparte, à Rome, le 12 juin 2018).

En remontant plus en arrière, le premier livre des Macchabées, rédigé vers 100 avant Jésus-Christ, rapporte que Judas Macchabée « entendit parler des Romains […]. On lui raconta leurs guerres et les exploits accomplis par eux chez les Galates, qu’ils avaient soumis et rendus tributaires » (1 Macchabée 8, 2). Ce texte n’est compréhensible que si l’on identifie les Galates en question aux Gaulois.

Pour certains, il est question de la Galatie Orientale, pour les autres de la Gaule transalpine. La plus ancienne des leçons nous est donnée par saint Épiphane de Salamine, décédé au tout début du Ve siècle, en 403. Dans l’Hérésie 51, parlant du ministère de la Divine parole confié à saint Luc, il écrit qu’il « l’exerça en passant dans la Dalmatie, dans la Gaule, dans l’Italie, et dans la Macédoine, mais singulièrement dans la Gaule, ainsi que saint Paul l’assure dans ses épîtres de quelques-uns de ses disciples. Crescent est en Gaule », mais il ne faut pas lire « en Galatie, comme quelques-uns l’ont cru faussement, mais en Gaule » (Divi Epiphanii episcopi constantiæ cypri, contra octoginta hæreses opus, Panarium, sive Arcula, aut Capsula Medica appellatum, continens libros tres et tomos sive sectiones ex toto septem, Hérésie 51, Paris, 1574, p. 193). 
Pour Longueval, peu importe qu’Épiphane ait raison ou non, « il nous suffit qu’il ait crû qu’on devait lire de la sorte, pour être en droit d’en conclure qu’il passait alors pour être constant que saint Crescent avait prêché la Foi dans la Gaule » (LONGUEVAL [Jacques], s.j., Histoire de l’Église gallicaneop. cit. p. 43). Il n’en reste pas moins que le témoignage d’Épiphane n’est pas dépourvu de consistance.

Eusèbe, comme l’a démontré Henri de Valois dans l’édition qu’il en a donnée, parle comme saint Épiphane. « Théodoret, qui a maintenu le mot Galatia dans le texte de saint Paul, a préféré l’appliquer à notre Gaule qu’à la Galatie. Ainsi, les anciens avaient la conviction que Crescent, disciple de saint Paul, a prêché dans les Gaules. C’est l’opinion qu’on suivie Bède et Usuard dans leurs martyrologes » (RAVENEZ (L.-W.), Recherches sur les origines des Églises de Reims, de Soissons et de Chalonsop. cit., p. 47. L’on verra également Ægidii Bucherii, Belgium Romanum, Lib. V, n° 11, p. 153, cité Ibid., p. 51).

Pour Théodoret de Cyr, dans son Commentaire sur le IIe épître à Timothée (+ 457), par Galatiam saint Paul « a entendu la Gaule : car c’eft ainfi [dit-il] que s’apelloit autre-fois ce païs » (MAUPERTUY (Jean-Baptiste DROUET de), Histoire de la sainte Église de Vienne…op. cit., avertissement). Telle est la leçon du Codex Sinaiticus, rédigé en 325-360, qui porte eis Galliav.

Eusthate d’Antioche (+ 377) commentant la Description de la terre habitée de Denys le Périégète écrit qu’au golfe ibérique succède l’eau Galate, c’est-à-dire la mer Galatique… Or, il faut savoir que près de cette eau Galate, appelée ainsi du nom des Galates, près de cette mer Galatique habitent les Celtogalates, et ces Galates, à ce qu’on dit, sont adonnés au vin […] Massalie aussi est Galate. Or, elle fut fondée par des Phocéens qui fuyaient loin de l’Orient le joug de Cyrus » (COUGNY (Edm.), Extraits des auteurs grecs concernant la géographie et l’histoire des Gaules, Paris, 1878, commentaire aux v. 74-75, p. 5). Eusthate ajoute une précision : Les Celtes, dit-on, s’étendent jusqu’au Rhin. C’est de leur nom que tous les Galates d’Europe ont été appelés Celtes par les Hellènes » (COUGNY (Edm.), Ibid., commentaire au v. 288, p. 9. AMMIEN MARCELLIN fait une observation identique en décrivant la Gaule : « Certains auteurs ont affirmé que les Aborigènes, appelés Celtes du nom d’un roi très aimé, et du nom de sa mère, Galates, qui est le nom donné aux Gaulois en langue grecque » (Ammien Marcellin, Histoire. Tomme I (livres XIV-XVI), 15, 9, texte établi et traduit par Édouard Galletier avec la collaboration de Jacques Fontaine, Paris, 1968, p. 134-135).

La Chronique d’Alexandrie rapporte que Crescent, ayant publié l’Évangile de Jésus-Christ dans les Gaules, mourut sous Néron (Cité par MAUPERTUY (Jean-Baptiste DROUET de), Histoire de la sainte Église de Vienne…, op. cit., avertissement).

Après avoir énuméré les sources disponibles, qui nous éclairent sur le sens à donner à l’expression in Galatiam, venons-en aux commentaires qui en ont été donnés.


B) Les commentaires du in Galatiam

L’historien Louis Duchesne relève bien l’existence de manuscrits du Nouveau Testament qui portent Galiam au lieu de Galatiam (DUCHESNE (Louis), Fastes épiscopaux de l’ancienne Gauleop. cit., p. 151). Mais il ne s’y arrête pas. Or, il s’agit de manuscrits anciens, antérieurs à l’invention de l’imprimerie et donc vénérables et dignes d’attention.

Les Bollandistes affirment que nous détenons « de puissants témoignages dans l’antiquité, qui nous assurent que saint Paul est venu dans les Gaules en allant prêcher en Espagne, et qu’il y a envoyé saint Crescent, son disciple, pour y répandre la semence de l’Évangile » (GUÉRIN (Mgr Paul), Les Petits Bollandistes. Vie de saints de l’Ancien et du Nouveau Testament, Paris, 1878, tome 7, p. 387). L’auteur de ces propos, Mgr Paul Guérin, affirme que, « du voyage de saint Paul en Espagne, il est aisé de conclure qu’il passa en France. Tous les Pères des premiers siècles qui ont eu occasion de parler de ce voyage en demeurent d’accord : tels sont, parmi les Grecs, saint Athanase, saint Cyrille de Jérusalem et saint Jean Chrysostome, et, parmi les Latins, saint Jérôme, saint Grégoire le Grand et saint Isidore de Séville ». Est-il raisonnablement permis d’ignorer semblables témoignages ou de les juger suspects ou d’y voir des reconstructions tardives ?

Les témoignages sur la mission de saint Crescent dans les Gaules proviennent de « saint Dorothée, de saint Jérôme, ainsi que, nous l’avons dit, d’Eusèbe de Césarée, un des plus anciens et des plus célèbres historiens de l’Église, au livre IV de son Histoire, chap. 4, selon le véritable texte grec et la version de Valois.
Saint Epiphane dans l’Hérésie 51, parlant de saint Luc, dit qu’il prêcha dans la Dalmatie, dans l’Italie et dans la Macédoine, mais surtout dans les Gaules, assure aussi que saint Paul y envoya quelques-uns de ses disciples, entre autres saint Crescent.
Théodoret ajoute que lorsque cet Apôtre dit qu’il a envoyé saint Crescent en Galatie il entend les Gaules, que l’on appelait autrefois de ce nom.
Enfin, sans parler de Sophrone de Jérusalem (+ 639) au livre des Historiens ecclésiastiques et de la Chronique d’Alexandrie (D’après CHARVET (Claude), nous y lisons que « Crescent ayant publié dans les Gaules l’Évangile de Jésus-Christ mourut sous l’empire de Néron ») qui enseignent la même chose, Adon, archevêque de Vienne, qui devait être parfaitement informé de l’ancienne tradition de son Église, dit en termes exprès, dans son martyrologe, que saint Crescent, disciple de saint Paul, était venu dans les Gaules, y convertit plusieurs infidèles à la foi de Jésus-Christ, qu'il tint quelques années dans son siège épiscopal à Vienne, et qu’ayant ordonné en sa place saint Zacharie, il s’en retourna au pays des Galates (les Gaulois orientaux comme les Gaulois étaient les Galates occidentaux), et employa le reste de sa vie à les fortifier dans la foi et la religion chrétienne » (GUÉRIN (Mgr Paul), Les Petits Bollandistes. op. cit., tome 7, p. 387-388. Pour Bérault-Bercastel, « il est vraisemblable » que Paul ait envoyé aux fidèles d’Occident « quelques-uns des grands ouvriers qu’il avait formés de la main, savoir, Trophime aux peuples d’Arles dans les Gaules. Crescent à ceux de Vienne... » (BERAULT-BERCASTEL, Histoire de l’Église, nelle éd., Paris, t. I, 1830, p. 105).

Toujours selon les Bollandistes, après avoir fait de Crescent l’évêque de Galatie, Paul n’hésita pas à l’en tirer pour le faire prêcher en d’autres lieux, et surtout il l’envoya dans nos Gaules, qui étaient sans contredit le plus beau gouvernement de l’empire » (GUÉRIN (Mgr Paul), Les Petits BollandistesIbid., p. 388).

Pour l’historien Pierre Batiffol « c’est bien la Gaule qu’il faut voir dans ce passage, de préférence à Galatie, toute fragile que soit cette préférence » (BATIFFOL (Pierre), Revue Biblique, 1895, p. 140). Si les mots Celtia, Galatia et Gallia « paraissent avoir été absolument synonymes dans la langue de l’époque, les circonstances seules peuvent indiquer s’il s’agit de la Gaule ou de la Galatie » (MOURRET (Fernand), Histoire générale de l’Église, t. 1. Les origines chrétiennes, nelle éd. Revue et corrigée, Paris, 1920, p. 166).

Pour résumer la situation, nous avons mentionné huit historiens grecs allant du IIe siècle avant Jésus-Christ au IIIe siècle après Jésus-Christ et 5 historiens latins allant du IVe au VIIe siècles après Jésus-Christ. Ils sont unanimes à identifier la Galatie à la Gaule. Ces auteurs ne se sont évidemment pas concertés ni ne se sont copiés. Ils nous rapportent la réalité toute nue.
Curieusement, Mgr Duchesne, lui-même historien, ne semble pas accorder d’intérêt à ce faisceau d’indices. Or, il y a plus. Si nous prêtons attention à la date à laquelle la traduction en latin ou en français selon le cas de leurs ouvrages a été publiée, elle s’étale entre le XVIe siècle et le XVIIIe siècle, l’ouvrage du P. Spicq datant, lui, du milieu du XXe siècle.
Pour sa part, le chanoine Élie Griffe estime « assez vraisemblable » que Paul vise la Gaule, « si l’on songe qu’il écrit de Rome : ainsi ses deux collaborateurs, Crescent et Tite, l’auraient quitté pour gagner les régions voisines de l’Italie » (GRIFFE (Élie), La Gaule chrétienne à l’époque romaineop. cit., p. 5).

Nous sommes donc en présence d’une tradition ininterrompue depuis 21 siècles qui mérite tout notre respect. L’oubli de cette réalité est difficilement compréhensible. Quelques versions de la Bible s’en font timidement l’écho (Cf., par ex., « Var. : Gaule. – ‘Galatie’ pouvant alors désigner soit la province de ce nom en Asie, soit la Gaule » (Sainte Bible traduite en français sous la direction de l’École biblique de Jérusalem, Paris, 1956, p. 1572). « Galatie, soit la province de ce nom en Asie Mineure, soit ‘la Gaule’ » (Le Nouveau Testament, traduction nouvelle par E. Osty et J. Trinquet, Paris, 1974, p. 446). Nous lisons à l’article « Crescens » du Dictionnaire encyclopédique de la Bible, publié par Brepols, que l’apôtre Paul « se préoccupait de l’évangélisation de l’Europe occidentale […] et sans doute de la Gaule » (MERCIER (Jacques), « Crescens », Dictionnaire encyclopédique de la Bible publié sous la direction du Centre informatique et Bible de l’abbaye de Maredsous, Brepols, 1987, p. 315-316). C’est tout de même un aspect singulièrement intéressant et éclairant pour l’histoire de notre pays et plus particulièrement pour celle du diocèse de Grenoble-Vienne et du département de l’Isère.

Nous sommes ainsi amenés à nous interroger sur la réalité d’une première évangélisation de notre région. Ce sera notre troisième et dernière partie.


III – L’hypothèse d’une première évangélisation de Vienne

Cette évangélisation aurait eu lieu au Ier siècle, et l’apôtre Paul y aurait contribué en personne (A), ce qu’un certain nombre de documents laissent entendre (B).

A) L’hypothèse de la présence de saint Paul à Vienne

L’apôtre Paul serait lui-même passé par Vienne, lors de son voyage vers l’Espagne, en l’an 62, devenant ainsi le premier pasteur de la ville.

À l’appui de cette affirmation Jean Le Lièvre (Histoire de l’Antiquité et Saincteté de la Cité de Vienneop. cit., p. 55) fait appel au témoignage de saint Épiphane, de saint Sophrone (Livre des Écrivains ecclésiastiques, mentionné par Maupertuy, loc. cit., affirme que Crescent prêcha l’Évangile dans les Gaules), de Perrerius (Prologue in Espistola ad Romanos, disp. 1) et de Genebrad (Lib. 2 Chron.), puis écrit, au sujet de Paul : « En passant par Arles et Vienne, il consacra & laissa à Arles son premier Euefque S. Trophime, & à Vienne S. Crefcent le 4 des Calendes de Iauier, après auoir catechifé, inftruict & baptizé le peuple en la Foy et religion Catholique. […] S. Paul confacra vne Chapelle à l’honneur des faincts martyrs Machabees an lieu dit Paradis, qui eft la premiere fondation de la Mere Eglife de Vienne ez cloiftres d’icelle, où eft à prefent la Chapelle appellee Maguelonne » (LE LIÈVRE (Jean), Histoire de l’Antiquité et Saincteté de la Cité de Vienneop. cit., p. 56. Pour CHIAPPA (Charles), Histoire de l’Église universelle, Paris, 1877, « traversant le midi des Gaules », Paul y « laissa, comme évêque, à Vienne, son disciple Crescent » (p. 179).

Que Crescent soit venu à Vienne est attesté par des lettres du pape Étienne III, comme Lelièvre le précise (LE LIÈVRE (Jean), Ibid., p. 184-185. Le même auteur cite en note Clément Durand, chancelier de l’Église de Vienne, Official et vicaire général du diocèse de Rouen, qui « a transmis son sentiment à la postérité dans une inscription qu’on voit encore en partie dans la Chapelle de Sainte Christine, fondée dans l’Église Cathédrale, au bas des peintures qu’il y avait fait faire, et qui représentent le martyre de S. Zacharie (…) : « Origine du Christianisme et du Martyre des Chrétiens dans les Gaules par S. Crescent un des 72 disciples, compagnon de S. Paul Apôtre des gentils, 1er Archevêque de la Ville de Vienne, Métropole des Allobroges, Patriarche de la Foi deçà des Alpes ; par S. Zacharie, 1er Martyr Gaulois (...) » (p. 17). Le Lièvre (p. 57) cite encore « Demochares, Doyen de la Sorbonne, et Chanoine Théologien de Noyon en son livre de l’Institution de la messe, chap. 34, assure que S. Crescent allant aux Espagnes chercher S. Paul, passa par les Allemagnes et s’arrêta à Magonce, métropole du pays, où il enseigna le peuple en la Foi » (p. 57). Il s’agit d’Antoine de Mouchy, « De divino missæ sacrifici Nomine missæ et veteri de longa eius acceptatione, missæ comprobatur », deuxième livre du traité Christianae religionis institutionisque domini nostri Iesu Christi et apostolicæ traditionis…, p. 1562. Il ne nous a pas été possible de retrouver cette référence).

Selon Symphorien Champier, « saint Paul apôtre, du temps qu’il prêchait aux Galates, envoya à Vienne un de ses disciples, nommé Crescens, lequel demeura trois ans environ, prêchant la foi chrétienne là où il fit plusieurs miracles et convertit tout le peuple à la foi chrétienne. Ado, en ses commentaires, dit que saint Paul, en allant aux Espagnes, passa par Vienne et, là, délaissa Crescent, son disciple, et de là passa par la cité d’Arles » (CHAMPIER (S.), Du royaume des Allobroges avec l’antiquité et origine de la très noble et ancienne cité de Vienne sur le fleuve du Rhône, Lyon, 1884, p. 19). L’auteur ajoute que, « et demeurant alors saint Paul deux ans en Espagne et, après, revint à Rome, et, en passant par Vienne, envoya Crescent prêcher en Galice » (CHAMPIER (S.), Ibid., p. 20).

Lui succède saint Zacharie, un disciple de saint Pierre. Le Lièvre explique ainsi cette succession. Alors que Crescent était parti rejoindre Paul en Espagne, le prince des apôtres « ignorant de l’eftabliffement de faint Crefcent faict par S. Paul à Vienne, appela l’vn de fes Difciples nommé S. Zacharie […] auquel il donna la miffion de Vienne en la Gaule » (LE LIÈVRE (Jean), Histoire de l’Antiquité et Saincteté de la Cité de Vienneop. cit., p. 57-58. Il lui dit : « Quid fides nobifcum ? ecce eruditus es de omnibus quæ fecit Dominus Iefus Chriftus, quia in multis interfuifti. Surge, accipe fpiritum fanctum, fimulque Pontificatum, & perge ad urbem quæ dicitur Vienna, quæ eft metropolis ; decoratæ a Romanis, ciuitas in Gallia. Multitudo enim populi illic moratur. Prædica ei de nomine Iefu, quod vere fit filius Dei, qui mortuis vitam reddidit, & ægris intulit verbo medicinam. »).

Fort de ces précédents, Maupertuy affirme que les passages prouvant la mission de Crescent « paroiffent avoir un certain degré d’évidence, qui ne permet pas à la Critique la plus fevere, pour ne pas dire la plus vetilleufe de la revoquer en doute » (MAUPERTUY (Jean-Baptiste DROUET de), Histoire de la sainte Église de Vienne…op. cit., avertissement, p. iij et sv.).

S’appuyant sur les mêmes témoignages historiques que Maupertuy et sur la lecture de 2 Timothée faite par les auteurs grecs, Charvet écrit : « On ne peut pas douter que S. Crescent n’ait été envoyé par S. Paul dans les Gaules » (CHARVET (Claude), Histoire de la Sainte Eglise de Vienneop. cit., p. 10).
Quels documents permettent-ils d’étayer semblable affirmation ?

B) Les documents en faveur d’une évangélisation précoce de Vienne

D’aucuns arguent à l’encontre de cette fondation lointaine l’absence de mémoire et de traces dans l’Église de Vienne. Or, le P. Longueval, écrivant au XVIIIe siècle, affirme que, « elle a crû de temps immémorial, cette Église, que saint Crescent, son premier évêque fut disciple de S. Paul, et presque tous les Martyrologes lui donnent cette qualité » (LONGUEVAL [Jacques], s.j., Histoire de l’Église gallicaneop. cit. p. 44). 

Le même auteur ajoute un argument de poids à son assertion : « Il peut paraître étonnant que le P. Petau prétende que la Gaule, qui fut, selon saint Épiphane, la Mission de saint Luc, était la Gaule Cisalpine. Il n’y avait plus de Province ainsi nommée du temps de ce saint Docteur, et quand même le nom de cette Province aurait subsisté, il est manifeste que dès qu’on nomme simplement la Gaule, on doit entendre la Gaule proprement dite. On voit d’ailleurs par le texte de saint Épiphane, que la Gaule où a prêché saint Luc, est celle-là même où a prêché saint Crescent, que l’Église de Vienne reconnaît pour son fondateur » (LONGUEVAL [Jacques], s.j., Histoire de l’Église gallicaneIbid.).

Pour rejeter le catalogue des évêques de Vienne donné par Adon, Mgr Duchesne imagine l’action d’un faussaire présumé. Pour rendre cette hypothèse vraisemblable, il cite une sérier l’existence de faux produits à l’époque carolingienne dans le domaine des œuvres d’art. Il s’estime alors en droit d’affirmer tout de go que les auteurs des listes épiscopales ont procédé de la même façon. Affirmation purement gratuite, qu’un historien devrait prouver solidement. Ce qui n’est pas le cas.
Comme l’écrit Mgr Bellet, si l’on suivait ce raisonnement, « saint Adon devrait être rangé parmi ces hommes peu intelligents du moyen âge, tellement qu’il aurai été capable de transposer de pareilles erreurs dans d’autres domaines que celui de l’archéologie, et qu’enfin la pente naturelle de ses idées l’aurait précisément amené à créer de toutes pièces l’identification de Crescent de Vienne et de Sergius Paulus de Narbonne avec les disciples de saint Paul du même nom » (BELLET (Charles-Félix), Les origines des Églises de France et les fastes épiscopauxop. cit., p. 288). Le simple énoncé de cette conjecture en montre le côté hasardeux pour ne pas dire osé.

Mgr Duchesne admet, à propos des sept évêques qu’Adon indique à la date du 15 mai avoir été envoyés en Espagne par les apôtres, que sa notice « paraît empruntée au récit perdu des actes des sept saints ». Pourquoi, se demande son contradicteur, « en serait-il autrement quand il s’agit des saints missionnaires de la Gaule ? » (BELLET (Charles-Félix), Les origines des Églises de France et les fastes épiscopauxop. cit., p. 299)

Abondant en ce sens, M. Mermet Aîné s’élève contre l’idée que nos vieux chroniqueurs aient pu être conduits « à inventer l’existence d’évêques antérieurs à saint Just [dont l’épiscopat date de 350 environ]. Leur véracité est prouvée par l’accord de toutes les versions, la concordance des époques, et les vieilles liturgies, les antiques missels, dans lesquels on voit l’office de saint Crescent et de saints Zacharie » (MERMET AINÉ, Chronique religieuse de la ville de Vienne (Dauphiné)op. cit. p. 10-11).

Et ce d’autant qu’il est prouvé qu’Adon reproduisait fidèlement « les textes qu’il avait sous les yeux » (LE BLANT (Edmond), Les actes des martyrs, supplément aux Acta sincera, de dom Reinart, Paris, 1882, p. 5-6). Or, il faut savoir que le Martyrologium Fuldense (Cf. Analecta Bollandiana, t. 1, 1882, p. 9-48), connu d’après un manuscrit de Leyde, du Xe siècle, mais d’origine viennoise, à en juger par le nombre de saints viennois qui y sont mentionnés, indique à la date du 29 décembre Eodem die Crescentis… Pauli, avec une lacune dans le texte, mais qui semble indiquer Crescens, disciple de l’apôtre Paul. Ce document est sensiblement antérieur à la Chronique d’Adon aurait donc pu être utilisé par lui pour rédiger sa propre nomenclature (Cf. BELLET (Charles-Félix), Les origines des Églises de France et les fastes épiscopauxop. cit., p. 303-305).

Il en ressort, selon Mgr Bellet, que l’identification de l’évêque de Vienne avec le disciple de saint Paul était « en circulation dans le pays » bien avant Adon. Et, par suite, qu’il n’y a pas lieu de soupçonner celui-ci d’avoir « jugé à propos d’antidater les fondateurs » de l’Église de Vienne (BELLET (Charles-Félix), Les origines des Églises de France et les fastes épiscopauxop. cit., p. 305).

Il n’y aurait rien d’extraordinaire d’ailleurs de voir la mémoire des saints fondateurs de l’Église de Vienne s’estomper quelque peu étant donné que, comme les sept évêques réunis, en 567, au deuxième concile de Tours l’écrivaient à la reine sainte Radegonde, « quoique la Religion ait été prêchée dès sa naissance dans les Gaules, elle fut embrassée de peu de personnes » (SIRMOND (Jacques)Concilia antiqua Galliæ, Paris, 1629, t. I, p. 348). Certes, nombre d’Églises se targuent d’avoir été engendrées par des martyrs. Il s’agit d’une pieuse tradition, qui ne peut guère être prouvée par des documents dignes de foi. Mais cela n’altère en rien la réalité d’une évangélisation très précoce de la Gaule, d’une première annonce de la foi qui n’a pas trouvé d’encrage durable dans la population.
Parlant de la cinquième persécution déclenchée en 177 par Marc-Aurèle contre les chrétiens, Sulpice-Sévère, Gaulois de naissance, écrit que « ce fut alors seulement qu’on vit dans les Gaule les premiers martyrs, la religion ayant été reçue plus tard au-delà des Alpes qu’ailleurs » (SULPICE SÉVÈRE, Abrégé de l’histoire sacrée, trad. nouv. Par l’abbé Paul, Lyon, 1805, p. 331-332). Le lent établissement de la foi est affirmé aussi dans le récit de la vie de saint Sernin premier évêque de Toulouse, mort martyr en 250. Ce texte, datant au plus tard de 450, rapporte que « c’était le temps où, après la venue corporelle du Sauveur, le soleil même de la justice, qui s’était levé dans les ténèbres, avait commencé à illuminer de la splendeur de la foi la contrée de l’Occident. Insensiblement et graduellement, la parole des évangiles se répandit par toute la terre et, par un lent progrès, la prédication des apôtres brilla dans nos régions » (« Passion de saint Sernin, évêque et martyr de Toulouse », 2, Actes et Passions des martyrs chrétiens des premiers siècles. Introduction, traduction et notes de P. Maraval, Paris, coll. « Sagesses chrétiennes », 2010, p. 181-190).

De ces textes nous déduisons, non pas une évangélisation tardive, mais, dans un premier temps, un accueil lent et limité de la foi catholique en Gaule.

*
* *

L’étude des origines de l’Église de Vienne nous a permis de confronter les thèses en présence, celle de Mgr Louis Duchesne écartant de façon assez catégorique tout apport apostolique, l’autre, celle défendue par Mgr Bellet montrant au contraire qu’elle est tout à fait plausible et que les arguments avancés contre l’origine apostolique se heurtent à des raisons solides de penser le contraire.

Il ne fallait de toute façon pas s’attendre à un raisonnement prouvant par A + B que saint Crescent et saint Zacharie sont bel et bien les deux premiers évêques de Vienne. Une certitude en la matière ne pourrait provenir que d’une série de documents digne de foi remontant si possible à leu époque. Il est peu probable d’en exhumer un jour. Que faut-il donc penser de ce débat sur les débuts de l’évangélisation à Vienne ? Faut-il admettre une christianisation tardive ? Devons-nous, au contraire la faire remonter au Ier siècle ? Rappelons-nous que l’évangélisation des campagnes par saint Martin de Tours était restée superficielle, et qu’il a fallu attendre l’arrivée des moines irlandais, au VIIIe siècle, pour la reprendre en profondeur. Ne nous trouverions-nous pas ici en présence d’un phénomène de même nature ? À savoir, une annonce de l’Evangile qui serait le fait en premier lieu de saint Crescent de sainte Zacharie, suivie d’une sorte de mise en sourdine, avant une structuration durable de l’évêché de Vienne au IIIe siècle.

C’est somme toute l’hypothèse qui, au terme de cette étude, recueille notre faveur. Si elle était avérée, il s’en suivrait que saint Crescent aurait été le premier évêque de Vienne en 63 (Toujours selon LE LIÈVRE (Jean), « Symphorien Champis au traité qu’il a fait de Vienne, rapporte que du temps de S. Crescent la Cité de Vienne était très riche et opulente en tous biens » (Histoire de l’Antiquité et Saincteté de la Cité de Vienneop. cit., p. 59), et saint Zacharie le deuxième, en 68 (Cf. LE LIÈVRE (Jean), Histoire de l’Antiquité et Saincteté de la Cité de Vienneop. cit., p. 17). Moyennant quoi l’Église de Vienne présenterait la particularité rarissime, sinon unique, de relever simultanément des « deux colonnes » de l’Église que sont les apôtres Pierre et Paul (Galates 2, 9), « les lumières du monde » (Origène, Comment. In Ioann. 1, 25), selon le qualificatif d’Origène, eux qui, comme Péguy le décrit, « furent les premiers saints de la chrétienté, les fondateurs, après Jésus, avec Jésus les fondateurs de toute chrétienté » (PÉGUY (Charles), « Le mystère de la charité de Jeanne d’Arc », Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, Collection La Pléiade, 1975, p. 493).

jeudi 19 mars 2020

Voici un livre qui arrive à point nommé, puisque nous fêtons aujourd'hui saint Joseph. Les événements actuels entravent sans doute sa distribution. Mais notez son existence. L'histoire de Joseph est retracée ici à partir des Evangiles et des écrits non officiels souvent repris par les Pères de l'Eglise.
Maître de vie intérieur, proche de tout travailleur et gardien des familles, Joseph accompagne chacun à sa façon. Vous découvrirez son culte à travers le monde, comment le prier et une multitude d'anecdotes étonnantes.
Un ouvrage pour tous, du débutant à l'érudit, qui met au grand jouir la vie cachée et la splendeur du père de Jésus.

vendredi 14 février 2020

La politique concordataire du Saint-Siège

La politique concordataire du Saint-Siège.

Les éditions L'Harmattan viennent de publier ce ouvrage de 224 pages, dont je suis l'auteur. Dans une première parti, le chapitre premier traite de la personnalité juridique du Saint-Siège, le chapitre II de la reconnaissance du Saint-Siège par les Etats, le chapitre III présente les généralités sur les accords diplomatiques, tandis que le chapitre IV montre l'actualité de cette activité concordataire à l'époque présente, le chapitre V présentant les caractéristiques techniques des concordats, avec un intérêt spécial porté au chapitre VI aux relations de la France avec le Saint-Siège.
La deuxième partie analyse le contenu des accords diplomatiques, les huit chapitres successifs abordant la place de l'Eglise catholique face à l'Etat; le respect de l'organisation interne de l'Eglise catholique; les domaines de liberté; l'enseignement catholique; la fonction de sanctification; la vie consacrée; les biens temporels; le procès.

Il va sans dire Que cette analyse est très riche et permet de découvrit les principales préoccupations de l'Eglise catholique dans le processus de reconnaissance de ses spécificités  par la communauté politique.

Seuls sont analysés les concordats et accords signé depuis 1950 dont le texte est disponible. Ce n'est pas le cas de certaines conventions récentes, parfois non encore ratifiées par les deux parties.


Prie 23 euros.